Le sacro-saint rituel du soir !

Bon, j’ignore comment Eddy Mitchell a élevé ses enfants (parait-il qu’il en ait quatre), mais chez nous, il existe quelques règles auxquelles on essaie, bon an, mal an, de se tenir. Non pas que je sois quelqu’un de particulièrement psychorigide mais disons que lorsqu’on cohabite avec les 5 nains, il vaut mieux mettre en place quelques limites si on ne veut pas se transformer en Blanche-Neige (moins les lapins qui chantent et le Prince Charmant, bien sûr).

Aujourd’hui je vais donc causer organisation. Les parents de familles nombreuses le savent, ce terme familier, quand on a des enfants, devient tout naturellement un dogme. Dans la tête du parent, la vie, de la petite maisonnée au bureau, se décompose en formes géométriques qui s’imbriquent pour essayer de former de jolies lignes (tiens, ça me rappelle vaguement un jeu… Pour la musique dans la tête, vous me remercierez plus tard). Et dans cette partie de Tetris, une grosse partie des pentadominos qui tombent, proviennent de nos chères têtes blondes.

Si on ne veut pas que l’écran se remplisse trop vite, je n’ai trouvé qu’une solution : la ritualisation.

Quesaco? Disons que c’est l’élaboration d’une ritournelle plus ou moins bien orchestrée qui se répète chaque jour et qui me permet de limiter un peu le désordre ambiant. Attention, je ne parle pas seulement du fait de pouvoir traverser l’entrée pour aller aux WC sans s’empaler le pied dans un légo ou, c’est arrivé, une fourchette qui traine ! Non, non, je parle de désordre au sens figuré.

Tout commence donc à la sortie de l’école et de la crèche. Les enfants y sont jusqu’à 18h. Dès l’arrivée dans la voiture, je répète : « que fait-on quand on arrive à la maison ? », et attends naïvement une bonne réponse en chœur. Car, c’est bien la seule chose qui fonctionne : répéter… Inlassablement.

Passé le tour d’horizon de l’humeur du jour de chacun et de la qualité du travail effectué (ce deuxième point, étrangement, est souvent bâclé), nous arrivons à la maison.

Là, chaque enfant, devrait avoir retiré ses chaussures, les avoir rangées, avoir sorti, vidé et déposé sa boîte à goûter dans l’évier, puis s’être lavé les mains. Ensuite, on revoit rapidement les devoirs (faits à l’étude), on prend la douche, un par un, à la file indienne, et on se met en pyjama.

Puis, les enfants mettent la table, pour eux, dînent, débarrassent leur assiette au-dessus ou dans le lave-vaisselle (en fonction de l’âge), vont se laver les mains, la figure, se laver les dents puis filent en temps libre.

Pendant ce temps, je baigne la petite dernière (de 10 mois), la prépare pour le lit et lui donne son dîner.

Ensuite, (il est aux environs de 19h45), les enfants choisissent trois histoires que nous lisons ensemble (ceux qui ne souhaitent pas participer peuvent aller dans leur chambre), on chante une ou deux chansons, et au dodo !

Et là, commence une super soirée en amoureux avec mon cher et tendre, tranquilles…

Han ! Trop forts ! Vous y avez cru ?! Eh oui, nous aussi !

Ca se passe exactement comme ça quand je suis seule (mais dans ce cas, exit la soirée en amoureux et bonjour le plan loose devant la télé).

Mais en général, les grandes lignes sont respectées. Certes, plus ou moins dans l’ordre et avec quelques oublis : un pipi par-ci, les chaussures dans l’entrée, la boîte à gouter vidée dans le cartable, les cris pour savoir qui doit mettre la table, les assiettes jetées à cause d’une remarque déplacée du voisin, et bien sûr, les 50 allers-retours de la chambre parce que « j’ai pas fait un câlin ! », « j’ai soif », « je dois aller aux toilettes », « machin a dit qu’il voulait me tuer », « tu peux me remettre la couverture », etc. , etc.

Vous m’avez comprise… Dans les « grandes lignes »…

Mais, il y a des règles qui ne bougent pas (sauf exception bien sûr) :

  • Pas de télé les jours et veilles d’école (ni le matin, ni le soir – avec une dérogation le mardi soir car il n’y a pas école le lendemain).
  • Nous ne dinons jamais avec les enfants … Mais nous sommes présents à leur diner pour échanger avec eux. Ils sont 4 à table, bientôt 5 : la conversation est donc, forcément, dirigée vers eux. Nous avons choisi d’avoir un moment à deux, chaque soir, entre adultes.
  • Quand les enfants sont très excités, on organise une boum dans le salon avant le dîner : musique à fond (chacun choisit un morceau), on saute, on danse, on crie. Ça dure 15 minutes et ça fait un bien fou à tout le monde.
  • De temps en temps, on met en place des tableaux des responsabilités. Ça ne dure pas longtemps car les enfants se lassent vite et c’est toujours le même qui finit employé du mois (et qui s’attire les foudres des autres…). Mais ça à l’avantage de responsabiliser l’enfant et de rendre des tâches (presque) automatiques.
  • Les enfants préparent leur goûter du lendemain en choisissant parmi une sélection de produits. Certains veillent à l’équilibre alimentaire, d’autres au plaisir, d’autres encore à leur satiété… Chacun son truc 😉
  • On prépare les vêtements avant de se coucher. Ensemble. Les sacs, eux, sont fermés et dans l’entrée.
  • Les enfants sont « couchés » vers 20h. En revanche, ils s’endorment à des heures variables… Entre 20h30 et 22h30. L’extinction des feux n’a jamais fonctionné chez nous … Eh oui… nous sommes loin d’être parfaits! Et c’est tant mieux !
On a même tenté d’indexer l’argent de poche au comportement…

Et chez vous, c’est plutôt Monastère ou Club Med ? Quelles sont vos astuces ?

2 commentaires sur « Le sacro-saint rituel du soir ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :